Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Foyer-hôtel pour travailleurs célibataires et migrants du Pont-du-Routoir

Dossier IA78002215 réalisé en 2014

Fiche

Précision dénomination de travailleurs
Dénominations foyer
Aire d'étude et canton Ile-de-France
Adresse Commune : Guyancourt
Adresse : 47 route de Dampierre
Cadastre : 2007 AD 01
Précisions

L'apparition du logement social destiné aux étrangers "isolés" et sans abri plonge ses racines dans le contexte de la guerre d'Algérie puis de la décolonisation : la "Société nationale de construction de logements pour les travailleurs originaires d'Algérie et leurs familles" (SONACOTRAL), créée en 1956, a pour objectif d'offrir un hébergement à une immigration d'abord perçue comme celle "du travail". Dès 1957, les services techniques de la SONACOTRAL, dont Eugène Claudius-Petit, ancien ministre de la Reconstruction et de l'Urbanisme prend la tête l'année précédente, s'attachent à la conception de foyers et de cités de transit. Le terme de "foyer-hôtel" souligne alors le caractère transitoire de cet accueil. Le premier centre de ce type (l'ensemble dit des "Canibouts") est ouvert en 1959 au nord-est de la ville de Nanterre (92) dans le cadre de la lutte pour la résorption des bidonvilles. En 1962, suite à l'indépendance de l'Algérie, la SONACOTRAL devient la "Société nationale de construction de logements pour les travailleurs" (SONACOTRA). Peu à peu, elle s'ouvre à toutes les populations étrangères et accueille davantage de familles et de personnes en situation précaire. Depuis 2007, cette structure a abandonné son nom, qui ne reflétait plus la réalité de ses missions, pour devenir ADOMA (du latin ad, "vers" et domus, "maison").

A la fin de l'année 1973, l’Etablissement public d'aménagement (EPA) de Saint-Quentin-en-Yvelines cède les terrains situés le long de la route de Dampierre (D 91) à la SONACOTRA pour y construire un foyer-hôtel de 153 chambres, destinées notamment aux travailleurs migrants des chantiers de la ville nouvelle. Ses plans sont conçus par l'atelier d'architecture Roland et Richard Dubrulle, agréé par la SONACOTRA. En 1974, le projet est révisé pour accueillir davantage de travailleurs : il ouvre finalement ses portes en 1975 avec 280 chambres.

Le parti pris architectural aspire à concilier épanouissement personnel et vie communautaire. Ici, plus de dortoirs mais des chambres individuelles agencées selon le principe de la "cellule de base" cher à Le Corbusier : quelques mètres carrés, censés offrir à chacun une surface habitable optimale. Les espaces communs se composent de sanitaires et d'une vaste cuisine par étage, ainsi que d'une cafétéria au rez-de-chaussée du foyer. Celle-ci servira un temps d'épicerie aux habitants du nord du quartier du Pont-du-Routoir, avant que les commerces s'y développent.

En 2014, le foyer a été réhabilité : désamiantage, rénovation des façades, suppression des espaces communs pour aménager 192 petits appartements avec cuisine et sanitaires indépendants.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Principale
Dates 1973, daté par source
Auteur(s) Auteur : Dubrulle Roland ,
Roland Dubrulle , né(e) Dubrulle (1907 - 1983)

Roland Dubrulle (1907- 1983), diplômé en 1934, se forme à l'architecture dans les ateliers de Royer et Tschumi. Entre 1936 et 1937, il quitte la France pour construire en Iran ; en 1942, il quitte l’Iran pour Beyrouth ; directeur de l’Urbanisme de l’Etat de Syrie entre 1942 et 1945, il est professeur d’urbanisme au ministère de la Reconstruction à Versailles entre 1945 et 1954. A partir de 1954, il cesse ses fonctions pour le Ministère de la Construction et du Logement et ouvre un cabinet d’architecte au 25 rue Victor Duruy (Paris 15e) ; il est l'architecte en chef des Z.U.P. de Corbeil, Argenteuil (1959-1969) et Sartrouville.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Dubrulle Richard ,
Richard Dubrulle , né(e) Dubrulle (1934 - 2006)

Richard Dubrulle (1934-2006), fils de l'architecte Roland Dubrulle, passe son enfance en Iran puis en Syrie. Il étudie à l’atelier Beaudouin. Diplômé en 1961, il rejoint l’agence de son père vers 1964. Il participe à la ZUP d’Argenteuil et aux autres grosses opérations (signées ensemble), en ne s'associant cependant pas aux projets d'urbanisme, puis continue seul après 1983. Il a travaillé une vingtaine d’années à Argenteuil, autant dans le Calvados (communes de la banlieue de Caen), autant dans la Somme (à Albert et à Villers-Bretonneux), un peu moins, dans les dernières années, dans le Loiret (Montargis). Il est un moment architecte communal de Mitry-le-Neuf et de Fontenay-le-Fleury (Yvelines). Richard Dubrulle a travaillé en association avec Serge Lana (îlot Bièvre) et avec Claude Legoas.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Le foyer se compose de quatre corps de bâtiments disposés deux à deux de manière à former un L, reliés entre eux par une galerie de liaison en rez-de-chaussée. Les élévations sont rythmées par des ouvertures jumelées.

Murs béton
Toit béton en couverture
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 4 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures terrasse
Statut de la propriété propriété d'un organisme professionnel
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Philippe Emmanuelle
Emmanuelle Philippe

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Valette Laure
Laure Valette

Animatrice du patrimoine de la ville d'art et d'histoire de Saint-Quentin-en-Yvelines


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.