Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fontainebleau - blanchisserie industrielle et usine de préparation de produits textiles de la Cie du Couchage de l'Armée, puis des établissements Bezard, actuellement garage

Dossier IA77000736 réalisé en 2009

Fiche

Appellations blanchisserie industrielle de la Cie du Couchage de l'Armée, puis établissements Bezard
Destinations garage
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, pièce de séchage, magasin industriel, cour
Dénominations blanchisserie industrielle, usine de préparation de produits textiles
Aire d'étude et canton Seine-et-Marne - Fontainebleau
Adresse Commune : Fontainebleau
Adresse : 17 rue Royale
Cadastre : 2012 AS 27, 28

En 1911, la blanchisserie industrielle mise en activité au début des années 1880 est reprise par la Société Générale de la Literie Militaire, puis par la Compagnie du Couchage de l'Armée. Au début des années 1930, les établissements Bezard, principal actionnaire de la Compagnie du Couchage de l'Armée, déclarent à leur nom la blanchisserie, succession qui s'observe dans d'autres communes (Limoges). A leur tour, ils se chargent de la blanchisserie des effets de couchage et de linge de corps et de la réfection des matelas des troupes installées à Fontainebleau. A l'époque, le battage et le cardage sont effectués mécaniquement. A la fin des années 1940, la blanchisserie industrielle n'est plus en activité et il semble que la société Thomas, déjà implantée à Melun, y installe un atelier de fabrication mécanique du verre à usage pharmaceutique et médical. Au cours des années 1950-1960, les locaux appartiennent à un garage Panhard. Depuis les années 1970, des parkings loués à des particuliers occupent la cour centrale du site.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle

L'ancienne blanchisserie industrielle occupe la parcelle à l'angle de la rue de l'Arbre Sec et de la rue Royale. Les bâtiments sont organisés en bordure de parcelle et forment un front bâti côtés nord, est et sud, notamment le long des deux rues. Les bâtiments, à deux niveaux, sont construits en moellons de calcaire, masqués par un enduit. La toiture à longs pans est couverte de tuiles plates. L'entrée se fait par un haut porche occupant l'angle des deux rues et surmonté d'un étage dont la façade porte un cartouche. Le rez-de-chaussée, largement aveugle côté rue, est desservi depuis la cour. Le bâtiment méridional (rue Royale), abritant à l'origine l'écurie, les vestiaires, bureau et logement, semble avoir été, dans un premier temps, également ouvert sur la rue (il demeure un accès de ce côté, mais postérieur, semble-t-il, à l'activité de la blanchisserie). Le niveau supérieur de l'ensemble est percé par des ouvertures garnies d'abat-vent en bois, encore en place sur la façade de la rue Royale et sur l'ouverture surmontant l'entrée. Celles de la façade donnant sur la rue de l'Arbre Sec ont été murées. A côté des séchoirs qui devaient occuper la majeure partie de ces espaces, une cardeuse mécanique avait été installée (1925). Les niveaux inférieurs étaient occupés par divers ateliers. Le bâtiment occidental (rue de l'Arbre Sec) abritait la lingerie, l'atelier de réparations, la salle des séchoirs à air chaud et la buanderie, composée des bassins en ciment, essoreuses et machines à laver actionnées par un moteur. Elle se prolongeait dans le bâtiment septentrional, occupé également par les magasins et la matelasserie. L'ensemble était surmonté par trois cheminées. A l'arrière des bâtiments, la cour était utilisée pour l'étendage à aire libre. Elle est aujourd'hui occupée par une construction en béton, à deux niveaux, servant de parking.

Murs béton
calcaire
enduit
moellon
Toit tuile plate
Étages 2 étages carrés
Couvertures toit à longs pans
États conservations établissement industriel désaffecté

refus de visite

Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil général de Seine-et-Marne - Caliste Lisa
Lisa Caliste

Chargée de mission, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire, de 2009 à 2010.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.