Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
cathédrale Saint-Etienne

ensemble des éléments d'architecture du dépôt lapidaire de la cathédrale

Dossier IM77000297 réalisé en 2008

Le sous-sol du Vieux Chapitre sert actuellement de dépôt lapidaire à un ensemble d’éléments architecturaux (essentiellement des chapiteaux sculptés) et de dalles funéraires provenant de la cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Ce dépôt lapidaire a été créé par les Monuments historiques au Vieux-Chapitre. Il a ensuite été exposé dans les salles basses du muée Bossuet de 1926 à 1978. Depuis, il est revenu au sous-sol du Vieux-Chapitre. Il est aujourd’hui fermé au public. Dans le cadre de l'inventaire de la ville de Meaux, une campagne photographique partielle a été réalisée sur tous ces objets. On trouvera ici la notice relative aux chapiteaux sculptés et autres sculptures architecturales. Pour les dalles funéraires, voir les dossiers IM77000396, IM77000397, IM77000398, IM77000399, IM77000400, IM77000401, IM77000402, IM77000403.

Dénominations élément d'architecture
Parties constituantes non étudiées corbeau, gâble, pinacle, lavabo en niche, chapiteau, arcature
Aire d'étude et canton Meaux
Adresse Commune : Meaux
Emplacement dans l'édifice dans les parties restaurées au 19e et au 20e siècle
Lieu de déplacement Commune : Ile-de-France,77,Meaux,Vieux Chapitre

Le sous-sol du Vieux Chapitre abrite un ensemble d'éléments lapidaires provenant de la cathédrale voisine. Ils ont été retirés lors des travaux de restauration du 19e et du 20e siècle, pour être remplacés par des copies.

Période(s) Principale : 4e quart 12e siècle
Principale : 13e siècle
Principale : 14e siècle
Principale : limite 15e siècle 16e siècle

La plupart des pièces déposées au Vieux-Chapitre sont des chapiteaux engagés à décor végétal, exécutés au 13e ou au 14e siècle. Un inventaire de ce dépôt lapidaire a été réalisé par Peter Kurmann en 1965. Les numéros alors inscrits sur les oeuvres ont été reportés sur nos propres images, lorsqu'ils ont pu être lus. On a également repris les hypothèses de provenance établies par P. Kurmann. Quelques pièces, pour la plupart postérieures au 14e siècle, n'ont cependant pas été étudiées par Kurmann et n'ont donc pas de n° d'inventaire.

Catégories sculpture
Matériaux calcaire, taillé
Précision dimensions

Dimensions non prises.

Iconographies représentation végétale : acanthe, lierre, vigne
homme : agenouillé
États conservations oeuvre déposée
Statut de la propriété propriété de l'Etat
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre immeuble, 1840

Annexes

  • Note de présentation.

    Les éléments architecturaux déposés au Vieux Chapitre ont fait l’objet d’une étude de Peter Kurmann en 1965, en liaison avec sa thèse de doctorat sur la cathédrale. Les blocs datant des XIIe, XIIIe et XIVe siècle ont alors été inventoriés et numérotés. Un travail identique était prévu sur les éléments plus récents mais n’a malheureusement pas été effectué. A l’heure actuelle, seuls les éléments anciens portent un numéro d’inventaire ; sur certains blocs, ce numéro semble d’ailleurs avoir disparu.

    Un recensement de l'ensemble des sculptures déposées au Vieux Chapitre a été récemment mené par Louise-Elisabeth Queyrel dans le cadre d'un mémoire de l'Ecole du Louvre (2012). Ce travail constitue le point le plus complet sur ce dépôt lapidaire. Dans le cadre de l'inventaire du patrimoine de Meaux, nous n'avons effectué qu'une campagne photographique partielle sur cet ensemble. On se reportera au mémoire de Louise-Elisabeth Queyrel pour un état des lieux exhaustif.

    Origine et datation des éléments architecturaux

    Ces éléments ont été déposés au cours des nombreuses restaurations menées sur la cathédrale de 1832 à 1908. Les éléments inventoriés par Kurmann ont été classés en 6 séries :

    - les trois premières, de A à C, proviennent des arcatures basses de la cathédrale

    - les trois autres, de D à F, proviennent des parties hautes.

    Série A

    Cette série rassemble les éléments les plus anciens, datant de la première campagne de construction de la cathédrale gothique, à la fin du XIIe siècle.

    Les pièces A 1 à 6 et A 8 sont des chapiteaux qui se caractérisent par une corbeille meublée de feuilles plates ou feuilles d’acanthe et un tailloir épais, de section carrée, avec des profils vigoureux. Ils s’apparentent aux chapiteaux de l’arcature basse de la chapelle axiale de l’abbatiale d’Orbais (1175-1180) eux-mêmes en filiation de Saint-Remi de Reims. Peter Kurmann propose d’y voir le vestige de l’arcature basse du premier chœur, car ils sont très proches de celle encore en place dans la chapelle axiale (non retouchée au XIIIe siècle et fidèlement copiée au XIXe siècle).

    La pièce A 7, pour sa part, proviendrait de la retombée de voûte d’une des trois chapelles rayonnantes. Les pièces A 9 et A 10 n’ont pas été repositionnées exactement. La pièce A 10 a été remployée au XIIIe siècle.

    Eléments photographiés : A 5, A 6, A 8 (3 clichés), A 9.

    Série B

    La série B, elle, provient de l’arcature basse du chœur refaite dans la seconde moitié du XIIIe siècle. On se servit alors des pierres du premier chœur gothique en remploi : pièces B 5, B 6, B 10, A 10.

    Eléments photographiés : B 9, B 12, B 14, B 18, B 19.

    Série C

    La série C correspond à l’arcature basse des deux chapelles rayonnantes rajoutées au XIVe siècle (à partir de 1317 pour la chapelle sud, et de 1322 pour la chapelle nord).

    Eléments photographiés : C 1, C 2, C 4, C7, C 9, C 11, C 12.

    Série D

    La série D comprend des éléments provenant des parties hautes de la cathédrale :

    - les pièces D 1, D 2 et D 3 sont trois groupes de chapiteaux provenant du collatéral extérieur nord du chœur ; ils accueillaient la retombée des doubleaux et des ogives. Ils ont été remplacés par des copies lors de la restauration de 1850-1857 qui a porté sur les murs et les voûtes du collatéral. Ces chapiteaux sont sans tailloir car celui-ci constituait un bloc séparé de la corbeille.

    - les pièces D 4 et D 5 sont des chapiteaux provenant des grosses colonnes engagées servant d’appui à un arc-boutant.

    - le bloc D 6 est le vestige d’une sculpture placée à l’extérieur, dans l’angle sud-est du bras sud du transept, pour servir d’appui à un arc-boutant longitudinal.

    - les blocs D 7 et D 8 sont des morceaux de corniche à décor feuillagé.

    - le D9 est une clé de voûte en 2 morceaux.

    Eléments photographiés : D 2 (2 clichés), D 4, D 5, D 6.

    Série E

    La série E est constituée de 8 blocs provenant du pinacle de la tourelle d’escalier à l’est du bras sud du transept. Ce pinacle a été remplacé par une copie en 1848-1849.

    Eléments photographiés : E 1.

    Série F

    Les pièces de la série F proviennent des fenêtres du chœur et du transept. Ce sont des éléments de meneaux. Ils datent pour la plupart de la seconde moitié du XIIIe siècle.

    Eléments photographiés : F 6 (2 clichés), F 12 (3 clichés), F 13 (3 clichés), F 23 (3 clichés), F 26 (2 clichés), F 29.

    Autres éléments sans n° d'inventaire

    A ces éléments inventoriés s’ajoutent des fragments sans numéro. La plupart de ces fragments sont en effet des éléments flamboyants, non inclus par Kurmann dans son étude. Ce lot est également plus varié :

    - on y trouve des chapiteaux (cliché 20087700644NUC4A, XVIe siècle)

    - mais aussi des fragments de piscines provenant des chapelles rayonnantes du XIVe siècle (cliché 20087700664NUC4A)

    - un fragment d’arcature flamboyante (cliché 20087700659NUC4A)

    - un « chou frisé » (cliché 20087700661NUC4A), etc.

    Enfin, le dépôt lapidaire du Vieux-Chapitre comprend également des éléments plus récents, datant des restaurations du XIXe siècle, notamment des moulages en plâtre de voussures.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.N., F19 /7746-7750. Travaux sur la cathédrale, XIXe siècle.

Bibliographie
  • QUEYREL, Louise-Elisabeth. Etude des déposes de sculptures de la cathédrale de Meaux. Ecole du Louvre, Mémoire d'étude (1er année de 2e cycle), sous la dir. d'Isabelle Bardiès-Fronty, Jean-Christophe Ton-That et Judith Förstel, 2012.

  • KURMANN, Peter. Fragments lapidaires du musée de Meaux et leur emplacement dans la cathédrale au cours des phases de sa construction. Centre de recherches d’histoire et de philologie de la IVe section de l’E.P.H.E., département d’histoire de Paris et de la région parisienne, Etudes et documents, fasc. I, s.d. [1965], multigr.

  • KURMANN, Peter. Deux nouveaux fragments lapidaires identifiés au musée de Meaux. Bulletin de la Société d’histoire et d’art du diocèse de Meaux, t. 21, 1970, p. 47-52.

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil général de Seine-et-Marne - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.