Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

ensemble de deux bas-reliefs : Enfer et Paradis

Dossier IM77000335 réalisé en 2011

Fiche

Contre le mur nord de l'église de Rampillon sont fixés deux bas-reliefs fragmentaires découverts dans l'édifice à l'occasion de travaux. L'un représente les damnés entraînés vers le chaudron de l'Enfer et l'autre, des élus dans le jardin d'Eden.

Dénominations bas-relief
Titres Enfer et Paradis
Aire d'étude et canton Nangis
Adresse Commune : Rampillon
Adresse : place de la Commanderie
Emplacement dans l'édifice dans le collatéral nord de la nef

Le bas-relief de l'Enfer a été retrouvé en seize morceaux dans une niche du collatéral nord en 1968, et celui du Paradis était pour sa part en remploi dans le pavement de ce même bas-côté, la partie sculptée retournée face contre terre. Ils ont été restaurés et fixés contre le mur. Leur style permet de les dater du 13e siècle mais on ignore leur provenance. L'Enfer semble, pour autant que l'on puisse en juger d'après son état actuel, être demeuré inachevé : le traitement des cheveux des damnés, par exemple, n'est qu'ébauché.

Période(s) Principale : 13e siècle

La forme originelle des deux bas-reliefs semble identique, si l'on restitue les parties manquantes, et leur iconographie est liée puisque l'un représente l'Enfer et l'autre, le Paradis. On ignore cependant leur position et leur fonction d'origine : éléments d'un premier projet de portail occidental, décor du revers de la façade, d'un enfeu ou d'un jubé ?

Matériaux calcaire, taillé
Précision dimensions

Bas-relief de l'Enfer : h = 57 ; l = 109 ; pr = 12. Bas-relief du Paradis : h = 81 ; l = 128 ; pr = 11.

Iconographies Paradis, élu, couronne, prière, arbre
Enfer, damé, diable, marmite, chaîne
Précision représentations

Sur le premier bas-relief, un groupe d'élus, couronnés, prie dans le jardin du Paradis, sous une arcature trilobée encadrée par deux anges. Sur l'autre, quatre damnés nus et enchaînés (à droite) sont tirés vers un chaudron dont les flammes sont attisées par les soufflets de deux démons, et où mijotent déjà de petits personnages.

à signaler

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé au titre objet, 1975/06/24

Annexes

  • Documentation sur l'Enfer et le Paradis de Rampillon

    Bibliographie

    - G. Berger-Jobez, L’architecture religieuse dans les vallées du Grand et du Petit Morin et à leurs marges aux XIIe et XIIIe siècles : un exemple d’essor monumental en milieu rural à une période de grande mutation, mémoire DEA histoire de l’art, J.-P. caillet (dir.), Paris-X, 2004, p. 57.

    - M. Giboux, La Commanderie de Rampillon, Nangis : les Amis de l’église Saint-Eliphe de Rampillon, 1963, p. 13.

    - N. Guedj, Datation du portail occidental de l’église de Rampillon, mémoire de licence sous la direction de Jean Wirth,

    Université de Genève, 2005, p. 68-70.

    - L. Guillot, Rampillon. Etude de la sculpture du portail occidental, mémoire de maîtrise sous la direction d’Anne Prache, Université Paris IV, 1980, p. 18.

    - F. Louveaux, L’église de Rampillon (Seine-et-Marne). Sa décoration peinte et sculptée, mémoire de maîtrise en histoire de l’art et archéologie médiévale sous la direction de L. Grodecki, Paris, 1969, p. 165-185.

    - J. Schelstraete, « Rampillon, sourire de l’âme », Monuments et sites de Seine-et-Marne, n°30, 1998, p. 49-52.

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.