Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

église paroissiale Saint-Jean-Bosco

Dossier IA77000621 réalisé en 2009
Vocables Saint-Jean-Bosco
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Meaux
Adresse Commune : Meaux
Adresse : 18 avenue Henri Dunant
Cadastre : BI 778

L'église paroissiale Saint-Jean-Bosco fut édifiée en 1967-1968 par Michel Marot (1926-), architecte premier Grand Prix de Rome en 1954 qui au cours de sa vaste carrière, érigea huit églises et en projeta quatre autres. Elle constitue un des aboutissements des recherches initiées dans le diocèse de Nantes par l'abbé Michel Brion qui aspirait, dans cette période de réflexions précédant le IIe concile œoecuménique du Vatican, à installer les édifices cultuels dans la modernité. Marot participa aux recherches nantaises et appliqua le principe de polyvalence des espaces qui en résulte à l'édifice meldois. Cette modularité assurée par un système de cloisons escamotables caractérise le parti architectural. Pourtant les premiers avant-projets de 1963 montrent que la polyvalence ne fut considérée qu'à partir de 1964, date où le principe de modulation des espaces sur un seul niveau fut défini. Le 19 mars 1967, Mgr. Jacques Ménager, évêque de Meaux, pose la première pierre. Il consacre l'église le 21 avril 1968. Saint-Jean-Bosco est aujourd'hui représentative de l'émulation architecturale préconciliaire, et constitue selon les termes de l'architecte « une église intelligente ».

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1968, daté par source
Auteur(s) Auteur : Marot Michel, architecte, attribution par source
Auteur : Martin-Granel Henri, verrier, attribution par source

L'église prend place dans le quartier de la Pierre Collinet, sur le site d'anciennes sablières qui forment une cuvette naturelle. En contrebas des trois voies qui la bordent, elle se déploie selon un plan carré divisible en neuf entités grâce à quatorze cloisons en polyester translucide bleuté monté sur panneaux de bois. Suivant l'ouverture de ces parois escamotables, le même espace prend la forme d'une grande chapelle ou de plusieurs salles de catéchisme. Les murs extérieurs sont composés d'une alternance de bandes verticales de claustras en terre cuite qui intègrent des plaques de verre armé coloré réalisées par Henri Martin-Granel (1914-2008), et de pans de briques. La dalle de couverture, qui devait être surmontée d'un jardin qui ne fut jamais aménagé, est en béton armé à caissons préfabriqués « Staka ». Elle forme un auvent sur tout le pourtour qui abrite une banquette en béton moulé ceignant le bâtiment. Remplacé aujourd'hui par un pyramidion de modeste dimension, un lanterneau élancé et surmonté d'une croix assurait l'éclairage du chœur. Enfin, deux projets de clocher non réalisés pour raisons budgétaires, devaient assurer la fonction de repère visuel de l'édifice.

Murs brique
béton
Toit béton en couverture
Plans plan massé
Étages rez-de-chaussée
Couvertures terrasse
lanterneau
Techniques vitrail
Intérêt de l'œuvre à signaler
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil général de Seine-et-Marne - Duhau Isabelle
Isabelle Duhau

Conservatrice du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Estignard Marie-Laure
Marie-Laure Estignard

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Forstel Judith - Noyer-Duplaix Léo