Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
cathédrale Saint-Etienne

dalle funéraire de Guillaume de Saint-Remy

Dossier IM77000395 réalisé en 2008

La dalle funéraire de Guillaume de Saint-Rémy (14e siècle) est l'une des plus célèbres de la cathédrale de Meaux, en raison de son iconographie : elle représente un universitaire enseignant.

Dénominations dalle funéraire
Appellations de Guillaume de Saint-Remy
Aire d'étude et canton Meaux
Adresse Commune : Meaux
Emplacement dans l'édifice dans la chapelle Sainte-Geneviève
Lieu de dépôt Commune : Ile-de-France,77,Meaux,salle basse du Musée Bossuet

Cette dalle funéraire provient de la chapelle Sainte-Geneviève (voisine de la chapelle axiale, côté sud). C'est la plus célèbre des tombes exécutées pour la cathédrale de Meaux, en raison de la qualité de sa gravure mais surtout de son iconographie. Elle s'apparente à d'autres oeuvres réalisées pour des maîtres parisiens, notamment dans la chapelle Saint-Yves, aujourd'hui disparue : on peut notamment la comparer à la dalle funéraire de Geoffroi Lavenant, docteur en théologie, maître au collège du Plessis à Paris, mort en 1385 (H. Verlet, "Epitaphier du Vieux Paris", t. 12, 1999, p. 412), ou à celle de Guibert de Celsoy, docteur en médecine, mort en 1390, conservée à Celsoy (Haute-Marne) (cf. F.A. Greenhill, "Incised Effigial Slabs", 1976, p. 117). De fait, la date habituellement attribuée à la dalle de Guillaume de Saint-Rémy (vers 1340) doit être rajeunie car le nom du défunt apparaît encore dans les "Rotuli" adressés au pape par les universitaires parisiens de 1378 à 1394. Par ailleurs, aucun millésime de la décennie 1340 ne coïncide avec la date de Pâques fournie par l'épitaphe. Sauf erreur dans l'inscription, il faut donc plutôt restituer : "1387" et non "1340" dans la partie effacée, qui est d'ailleurs assez longue pour cela.

Période(s) Principale : 4e quart 14e siècle , (?)
Catégories sculpture
Structures rectangulaire vertical
Matériaux calcaire, gravé
Précision dimensions

h = 275 ; la = 128.

Iconographies professeur, élèves
Précision représentations

Cette oeuvre se distingue des autres dalles funéraires de la cathédrale par son iconographie spécifique, liée à la fonction du défunt : Guillaume de Saint-Remy donne un cours à ses étudiants. De taille bien supérieure à celle des autres personnages, il est représenté assis sur une chaire, occupant toute la partie droite de la scène. En avant de lui, mais plus petit, un appariteur debout tient ses gants et une baguette. Le livre ouvert devant le professeur porte deux versets du psaume 118 (97-98). Au-dessus de sa tête, surgit une main divine qui déroule un phylactère portant un extrait du psaume 36 (verset 31). Face à l'enseignant, sur la partie gauche de la dalle, sont assis plusieurs élèves de taille plus réduite, qui l'écoutent. La scène se situe dans un encadrement architecturé raffiné qui présente sur les côtés, de petits personnages sous arcature, et au-dessus de la scène d'enseignement, une arcature polylobée surmontée d'un gâble orné d'une rose. Au sommet de la dalle, de part et d'autre de ce gâble, se trouvent deux anges. Des médaillons en forme de quadrilobes redentés marquent chacun des angles de la dalle et représentent les symboles des évangélistes.

Inscriptions & marques épitaphe, sur l'oeuvre, français
inscription concernant l'iconographie, sur l'oeuvre, latin
Précision inscriptions

L'épitaphe est gravée en moyen français sur les bords de la dalle, en minuscules gothiques : "Cy gist reverent maistre et discret feu (?) Guillaume de Saint-Remy jadiz (?)...(lequel trespassa l'an de) grace mil CCC q... le mardi apres Pasques flories IX jour d'avril. Priez pour (l'âme) de luy." La partie entre parenthèse qui se trouvait dans l'angle inférieur gauche n'est plus lisible aujourd'hui mais est transmise par une gravure du 19e siècle. Inscription latine sur le livre : "Quomodo dilexi lege(m) tuam d(omi)ne : tota die meditacio mea est. S(upe)r inimicos / meos prudentem me fecisti mandato tuo" (deux extraits du Psaume CXVIII). Inscription latine sur le phylactère : "Lex Dei ejus in corde ipsius et non supplantabu(n)tur gressus ejus. " (Psaume XXXVI).

Statut de la propriété propriété de l'Etat
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre immeuble, 1862
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil général de Seine-et-Marne - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.