Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

couvent de récollets, puis hôpital

Dossier IA77000407 réalisé en 2001
Genre de récollets
Destinations centre hospitalier Marc-Jacquet
Parties constituantes non étudiées cloître, chapelle, sanatorium
Dénominations couvent, hôpital
Aire d'étude et canton Melun - Melun nord
Adresse Commune : Melun
Adresse : 11 rue Fréteau de Pény
Cadastre : 1969 AP 1, 2, 3, 36, 250, 251

Les Récollets furent appelés à Melun en 1606 par Charles de Rostaing. La première pierre de leur nouvelle église fut posée en 1616. A partir des années 1680, les Récollets entreprirent d'importants travaux dans leur couvent : construction d'un aqueduc amenant l'eau de la fontaine Saint-Liesne (1681), agrandissement du dortoir (1682), pose de la première pierre du nouveau cloître (1701), nouvelles fenêtres à l'église (1702). Les travaux étaient alors conduits par le frère convers Anselme Bardon, architecte. En 1760, le couvent fut incendié par la foudre et pillé. L'église fut reconstruite de 1761 à 1763. En 1793, l'ancien couvent des Récollets devint l'hôpital de Melun, en remplacement des hôtels-Dieu Saint-Jacques et Saint-Nicolas. Les filles de la Charité s'y installèrent en 1798. Les bâtiments conventuels furent affectés aux femmes et au personnel de l'hôpital. L'église, coupée dans sa hauteur par un plancher, fut transformée en salles pour soigner les hommes. En 1829, une deuxième cour fut ajoutée au sud. En 1854, l'architecte E. Gilson proposa l'agrandissement de l'hôpital au nord, dans le prolongement des bâtiments existants. Les travaux commencèrent en 1855 mais il fallut le legs de Louis Armagis (1857) pour permettre de mener à bien la construction complète de ce quartier des hommes, réalisé en 1862. La chapelle put ainsi être rendue au culte : son mobilier et sa décoration intérieure furent réaménagés par l'abbé Jules Dégout. De 1893 à 1897, on construisit sur l'emprise des jardins de l'hôpital une maternité, sur les plans des architectes Bulot et Bernad-Renaut. En 1932, un sanatorium fut élevé à l'est de l'ancien couvent, sur les plans de l'architecte Richardot. Dans la seconde moitié du 20e siècle, le centre hospitalier s'est entièrement modernisé, avec notamment la création du centre psychiatrique en 1967, et l'inauguration du nouvel hôpital par Simone Weil, ministre de la Santé, en 1975. Les parties héritées du couvent des Récollets n'ont plus, à l'heure actuelle, de fonction hospitalière : les anciens bâtiments conventuels, autour du cloître (qui a perdu une partie de ses arcades en 1958), sont désaffectés. La chapelle du 18e siècle, réaménagée au 19e siècle, est toujours dévolue au culte. Un nouvel hôpital, commun à Melun et à la ville nouvelle de Sénart, est actuellement en projet sur un site au nord de la ville.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle
Dates 1701, daté par source, daté par travaux historiques
1761, daté par source, daté par travaux historiques
1829, daté par source, daté par travaux historiques
1862, daté par source, daté par travaux historiques
1893, daté par source, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Bardon Anselme, architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Gilson E., architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Bulot, architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Bernad-Renaut, architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Richardot Georges Léon, architecte, attribution par travaux historiques

Le centre hospitalier de Melun comprend de nombreux corps de bâtiments répartis sur un vaste terrain en bordure de la ville, voisin du parc de Faucigny-Lucinge. La partie la plus ancienne de l'hôpital se trouve à l'ouest, face à l'entrée. Elle comprend les bâtiments hérités du Couvent des Récollets : la chapelle (A) et le cloître adjacent au sud (B). La chapelle, orientée, est un édifice assez simple à un seul vaisseau, couvert par une fausse voûte en berceau plein-cintre, et éclairé par des baies cintrées. Le cloître a conservé la moitié de ses arcades en pierre appareillée, surmontées d'un étage carré et de combles. Dans ce corps de bâtiment se trouvent deux escaliers à balustres. Une deuxième cour, plus au sud (C), est une adjonction du 19e siècle haute d'un étage carré. Une autre extension du 19e siècle, au nord de la chapelle (D), abrite actuellement l'hospice de vieillards. A l'est de cet ensemble, s'élèvent l'ancienne maternité de 1893 (E) et le sanatorium de 1932 (F). La maternité est un bâtiment en rez-de-chaussée construit en moellons enduits avec un décor de briques (corniche et linteaux), et couvert en tuiles mécaniques. Le sanatorium est un édifice en béton construit sur un plan en V, avec toit-terrasse. Les autres bâtiments de l'hôpital, postérieurs à 1950, n'ont pas été étudiés.

Murs pierre
béton
enduit
moyen appareil
Toit tuile plate, tuile mécanique
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvrements fausse voûte en berceau plein-cintre
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures terrasse
croupe
lanterneau
Escaliers escalier dans-oeuvre, escalier tournant à retours, en charpente
Statut de la propriété propriété d'un établissement public
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables escalier
Protections inscrit MH partiellement, 1994/04/26
Précisions sur la protection

bâtiments de l'ancien couvent des récollets (chapelle, cloître) : façades et toitures et deux escaliers à balustres de bois : inscription par arrêté du 26 avril 1994.

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.