Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

couvent d'ursulines, puis collège, aujourd'hui lycée

Dossier IA77000645 inclus dans ville de Meaux réalisé en 2012
Genre d'ursulines
Destinations collège, lycée
Dénominations couvent
Aire d'étude et canton Meaux
Adresse Commune : Meaux
Adresse : 2 rue Georges-Courteline
Cadastre : 2000 BV 169

Les Ursulines arrivèrent à Meaux en 1648, et s'implantèrent rue Poitevine (actuelle rue des Ursulines). Comme les Visitandines, elles joignaient à la contemplation une activité enseignante. A la fin du XVIIe siècle, elles engagèrent un maçon, François Lefort pour construire des bâtiments, dont les matériaux furent en partie « empruntés » aux murailles avoisinantes. De cette campagne, en cours en 1687, peuvent dater les arcades du cloître qui subsistent dans le collège (actuellement lycée Moissan) installé là après la Révolution. En effet, à la suite de la désaffectation du couvent, la ville récupéra les bâtiments en 1810 et y installa le collège communal en 1817, l'architecte départemental Solente ayant mené des travaux d'aménagement sur le bâtiment. D'importants travaux furent menés au XIXe siècle, qui transformèrent profondément l'édifice. L'architecte de la ville Savard éleva une chapelle en 1824 et dirigea une première extension du collège entre 1839 et 1843. En 1861, la chapelle fut déplacée plus au nord, et une salle de gymnastique lui fut accolée en 1872. Une seconde extension, plus considérable, fut menée de 1887 à 1890 par l'architecte Edmond Delaire, lauréat du concours. Les travaux furent adjugés aux entrepreneurs Lacosse et Salisse le 2 août 1887 et furent achevés en 1889, pour près de quatre cents mille francs. La nature du terrain a imposé de descendre jusqu'à 5 mètres de profondeur pour les fondations des nouveaux bâtiments : des puits forés ont été remplis de béton et reliés par des arcs en meulière. A l'occasion de ces travaux, lors de la démolition de l'ancienne façade du collège, fut retrouvée une plaque en cuivre commémorant la pose d'une première pierre le 10 août 1751. Au début du XXe siècle, un autre collège destiné aux jeunes filles est créé dans les locaux de l'ancien séminaire, rue Saint-Remy. Les deux collèges municipaux fusionnent en lycée mixte d'Etat en 1951, pour prendre par arrêté ministériel du 21 janvier 1965, le nom de lycée Henri Moissan, patronyme de l'un de ses plus illustres élèves, premier prix Nobel de chimie français en 1906. D'autres personnages célèbres ont fait leurs études dans cet établissement comme Georges Renard, professeur au Collège de France, et le dramaturge Georges Courteline, qui donnera son nom au site.

Période(s) Principale : 4e quart 17e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Dates 1687, daté par source
1817, daté par source
1824, daté par source
1843, daté par source
1887, daté par source
1751, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Lefort François, architecte,
Auteur : Savard Pierre Didier Prosper, architecte,
Auteur : Delaire Edmond, architecte,
Auteur : Lanne Louis, sculpteur,
Auteur : Lacosse, entrepreneur,
Auteur : Salisse, entrepreneur,

Le site Courteline du lycée Henri Moissan occupe une vaste parcelle délimitée par la rue des Ursulines, la rue Courteline et le cours de l'Arquebuse. L'établissement conserve trois côtés du cloître à arcades du couvent des Ursulines, premières occupantes du lieu. Le reste des bâtiments date essentiellement du 19e siècle. Ils ont été conçus pour abriter des classes et salles d'étude au rez-de-chaussée, et de grands dortoirs ou chambres aux étages. L'entrée s'effectue par le « pavillon principal » à pan coupé situé au sud-est, à l'angle de la rue des Ursulines et de la rue Courteline. Cette façade est particulièrement magnifiée : c'est la seule partie de l'édifice à être construite en pierre de taille (vérifier*), elle est couronnée par un grand fronton triangulaire, elle est couverte par un toit en pavillon surmonté d'un clocheton et bordé de hautes souches de cheminée en briques de Bourgogne, et enfin elle porte un abondant décor. Au-dessus de la porte d'entrée, le balcon du bureau du principal est surmonté du blason sculpté de la ville de Meaux. Le programme de l'Instruction publique est affirmé au fronton, exécuté en 1892 par le sculpteur Louis Lanne : de part et d'autre de l'horloge entourée d'une couronne de lauriers sont représentées les sciences et les mathématiques, symbolisées par le globe et le compas ; la musique et la littérature sont évoquées par une lyre, des partitions et quelques livres. La porte de ce pavillon donnant accès à la cour d'honneur, de style XVIIe siècle avec son jeu de bossage, porte dans un cartouche l'inscription « 1556 », date de fondation du collège.

Murs calcaire
Toit ardoise
Étages rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit en pavillon
Techniques sculpture
Représentations globe compas lyre livre
Statut de la propriété propriété publique
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil général de Seine-et-Marne - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Galès Dominique - Couturier Fabien