Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
cathédrale Saint-Etienne

cloches

Dossier IM77000384 réalisé en 2009

La tour nord de la façade abrite les quatre cloches de la cathédrale de Meaux. Avant la Révolution, ces cloches étaient beaucoup plus nombreuses : au XVIIIe siècle, la cathédrale comptait cinq grosses cloches et cinq petites, plus la cloche du tocsin, appelée "cloche verte"; "on ne la met jamais en branle, parce qu'elle a un son lugubre et obscur, et qu'elle ne s'accorde pas avec les autres", en dit Toussaint du Plessis dans son "Histoire de l'Eglise de Meaux" (1731). D'abord réparties entre la tour nord et la flèche à la croisée du transept, elles furent ensuite réunies dans la tour, la flèche ayant dû être abaissée ; la cloche "du chapitre", que l'on sonnait depuis le jubé, resta néanmoins en place à la croisée, et la charpente conserve la trace d'usure due au frottement de la corde. Une grande partie de ces cloches fut fondue à la Révolution. L'ensemble actuel, très homogène, date du milieu du XIXe siècle (1859). Le bourdon serait la cloche de France qui donne la note la plus grave.

Dénominations cloche
Aire d'étude et canton Meaux
Adresse Commune : Meaux
Emplacement dans l'édifice dans la tour nord

Les quatre cloches actuellement présentes dans la tour nord de la cathédrale ont été fondues en 1859 par le fondeur parisien F. Dutot et cie. Elles se nomment : Marie (3214 kg), Etiennette (1650 kg), Faronne (900 kg) et Céline (350 kg). Elles furent bénites le 18 décembre 1859 par l'évêque de Meaux Mgr Allou. La cathédrale avait auparavant compté de nombreuses cloches, dont la "Verte" (1586) qui servait pour le tocsin et fut descendue en 1805. Seules deux de ces anciennes cloches furent conservées au 19e siècle, et refondues en 1809. Par ailleurs, la cathédrale utilisa pendant une trentaine d'années une cloche provenant de l'église Notre-Dame du Marché, finalement restituée à cette dernière une fois l'édifice reconstruit aux frais de Mme Dassy.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1859
Lieu d'exécution Édifice ou site : Ile-de-France, 75, Paris
Auteur(s) Auteur : Dutot J. et cie, fondeur

Les quatre cloches sont identifiées par l'inscription qui court sur chacune d'entre elles (retranscrites plus bas) : Marie, Etiennette, Farone et Céline. Saint Etienne est le patron de la cathédrale, saint Faron est l'un des évêques de Meaux, sainte Céline une sainte meldoise.

Catégories fonderie
Matériaux bronze
Précision dimensions

Dimensions non prises.

Iconographies ange
guirlande
allégorie : Religion
Foi
Espérance
Charité
Les Evangélistes
Christ en croix
Vierge : tête, médaillon
chimère
Immaculée Conception
cariatide
vigne
Précision représentations

Chaque cloche porte une décoration plus ou moins riche, en fonction de son rang. La plus grosse, Marie, est aussi la plus ornée avec notamment une guirlande de fleurs entourant les allégories de la Relgion, de la Foi, de l'Espérance et de la Cahrité, et des quatre Evangélistes. La seconde cloche, Etiennette, se caractérise par les chimères de ses anses. Sur la 3e cloche, Farone, les anses sont ornées de têtes d'anges. Enfin la 4e, Céline, a des anses ornées de cariatides et porte une large bande en feuilles de vigne (au lieu d'une guirlande comme les trois autres).

Inscriptions & marques dédicace, sur l'oeuvre
signature, sur l'oeuvre
date, sur l'oeuvre
armoiries, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Inscription portée sur la 1ere cloche : "L'an 1859, le 18 décembre, j'ai été bénite par Mgr Auguste Allou, évêque de Meaux, et nommée Marie par ledit évêque et par Mme Elisabeth Delcasso, épouse de M. Conrad, sous-préfet de Meaux. Je pèse 3,214 kilos.// Membres du conseil de fabrique : MM. Fleurnoy et Josse, vicaires généraux ; Pruneau, doyen du chapitre ; Alips, curé ; Verdier, chanoine ; Clément Petit, Dumont, v(icom)te Paultre de la Motte, Guérin". Inscription portée sur la 2e cloche : "L'an 1859, le 18 décembre, j'ai été bénite par Mgr Auguste Allou, évêque de Meaux, et nommée Etiennette par M. Augustin Fournier, maire de Meaux, et par Mme Julie Duboscq, veuve de M. Claude-Joseph Dassy. Je pèse 1,605 kilos." Inscription portée sur la 3e cloche : "L'an 1859, le 18 décembre, j'ai été bénite par Mgr Auguste Allou, évêque de Meaux, et nommée Farone par M. Guillaume Viellot, président du tribunal civil de Meaux, et par Mme Cécile Barthe, épouse de M. Clément Petit, receveur des finances à Meaux. Je pèse 900 kilos." Inscription portée sur la 4e cloche : "L'an 1859, le 18 décembre, j'ai été bénite par Mgr Auguste Allou, évêque de Meaux, et nommée Céline par M. Clément Petit, propriétaire à Meaux, et par Mme Rose Dassy, épouse de M. le comte Le Boulanger. Je remplace Marie-Rose, donnée en 1805 par Mme Marie-Rose Turquet, mère de Mme la comtesse Le Boulanger. Je pèse 350 kilos." Par ailleurs, chaque cloche porte les armoiries de l'évêque et la signature du fondeur : "Fondue par M. F. Dutot et cie, à Paris".

Statut de la propriété propriété de l'Etat
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil général de Seine-et-Marne - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.