Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
cathédrale Saint-Etienne

calice et patène de François-Joseph Bertrand-Paraut, 1819

Dossier IM77000359 réalisé en 2010

Fiche

En 1819, la fabrique de la cathédrale passa commande de plusieurs objets à l'orfèvre parisien François-Joseph Bertrand-Paraut : un calice qui est probablement celui étudié ici, un ciboire en vermeil (IM77000371), un vase pour les Saintes Huiles, une croix de procession, deux chandeliers et deux baisers de paix (IM77000378). Elève et gendre de Pierre Paraud, François-Joseph Bertrand-Paraut reprit en 1817 (date d’insculpation de son poinçon d’orfèvre) l’atelier familial au 18, rue des Arcis. La cathédrale de Meaux possède d’ailleurs un calice où les deux orfèvres sont associés, François-Joseph Bertrand-Paraud ayant remployé une coupe un peu plus ancienne portant le poinçon de Pierre Paraud, qui devait faire partie du fonds de l’atelier (IM77000317). Cette maison fabriquait « toutes sortes d’orfèvrerie, tant pour la table que pour l’église »; mais c’est bien l’orfèvrerie liturgique qui constituait sa spécialité, y compris le bronze doré et le plaqué. La maison Bertrand-Paraud était d’ailleurs le fournisseur officiel de la Grande Aumônerie.

Dénominations calice, patène
Aire d'étude et canton Meaux
Adresse Commune : Meaux
Emplacement dans l'édifice dans la sacristie du Vieux-Chapitre
calice n°12 et patène

Ainsi que l'atteste l'inscription gravée sur le pied, ce calice a été réalisé en 1819 par l'orfèvre parisien François-Joseph Bertrand-Paraud. Il s'agit très probablement du calice dont la fabrique a voté l'acquisition le 18 octobre 1819, en même temps que divers autres objets du culte, dont deux baisers de paix (dossier IM77000378) et un ciboire, qui correspond sans doute au dossier IM77000371. Toutes ces oeuvres portent le poinçon du même orfèvre, fabricant d'ailleurs prolifique dont on retrouve la production dans toute la France, aussi bien dans des trésors de cathédrales (Tulle) que dans la sacristie de petites églises paroissiales (Tagolsheim, Cernay, Exoudun, Lezay, Nérac etc.). Il est membre d'une famille d'orfèvres à la production tout aussi abondante : la cathédrale de Meaux conserve aussi un calice de Pierre Paraud (dossier IM77000320) et un ciboire d'Hippolyte-François Bertrand-Paraud (dossier IM77000370). On notera la très proche parenté qui unit notre calice (avec sa patène) à la ""chapelle du sacre"" offerte par Louis XVIII à la cathédrale de Moulins en 1823 : cette chapelle, également réalisée par François-Joseph Bertrand-Paraud, est manifestement l'inspiratrice du calice meldois.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle
Dates 1819
Lieu d'exécution Édifice ou site : Ile-de-France, 75, Paris
Auteur(s) Auteur : Bertrand-Paraud François-Joseph, orfèvre

Ce beau calice porte un abondant décor mêlant plusieurs techniques : repoussé, fondu (noeud) et ciselé, avec en outre des médaillons rapportés provenant du même médailler que ceux du ciboire n°3. La coupe a été redorée.

Catégories orfèvrerie
Matériaux argent, doré, repoussé, ciselé, ajouré, fondu
Précision dimensions

Dimensions du calice : h=34 ; d pied=17,2 ;d coupe = 11. Poids du calice: 1344 g. Diamètre de la patène : d = 18 cm. Poids de la patène : 327 g.

Iconographies Pentecôte
Flagellation du Christ
Dérision du Christ
Portement de Croix
Mont des Oliviers
Arrestation du Christ
le Christ devant Hanne
Moïse
Aaron
Abraham, ?
ange
instruments de la Passion
arche d'alliance
Inscriptions & marques poinçon de maître
grosse garantie Paris 1819-1838
1er titre Paris 1819-1838
signature
date
moyenne garantie Paris 1819-1838
Précision inscriptions

La fine inscription gravée sur le pied donne l'auteur et la date du calice : "Bertrand Paraud Fecit 1819". Elle est confirmée par les quatre poinçons insculpés sur la coupe et sur le pied : les deux poinçons de titre et de garantie (Paris, 1819-1838), un 3e poinçon régulièrement employé avec eux et traditionnellement dit "poinçon d'essai" (la dame grecque dans un ovale, avec un P) et enfin le poinçon de maître : FJB avec burette. La patène porte également quatre poinçons : celui de l'orfèvre (à demi effacé), le 1er titre Paris 1819-1838, la dame grecque dans un ovale avec un P, et enfin le poinçon de moyenne garantie Paris 1819-1838.

Statut de la propriété propriété de l'Etat

Références documentaires

Bibliographie
  • FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p. 375-400.

    p. 386-388
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil général de Seine-et-Marne - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Plouvier Martine